Les thématiques portées par le musée en font un endroit particulièrement approprié pour les publics scolaires, de tous âges et de tous niveaux. L’AMuLoP comptant plusieurs membres enseignant en collège et en lycée, la construction d’une politique pédagogique diversifiée est une priorité. 



Enfants jouant dans les parties communes de la cité Émile-Dubois, Aubervilliers, années 1980 - Patrice Lutier

Illustration du site internet interactif pédagogique - Luluffe - AMuLoP


En 2020, des étudiantes du master « Patrimoines audiovisuels » d’INAsup – Institut National de l’Audiovisuel ont réalisé un projet de valorisation des balades-enquêtes par le biais d’un site internet interactif et pédagogique. L’objectif était de rendre compte d’une démarche archivistique et scientifique complexe de façon ludique et pédagogique, permettant de pénétrer à l’intérieur des appartements de façon numérique. Cet outil a été pensé à destination d’un public scolaire du secondaire et comporte un certain nombre de conseils pédagogiques à destination des enseignant.e.s.

Depuis 2011, au sein de l’ENS de Lyon, l’Institut Français de l’Éducation (IFé) développe le réseau des Lieux d’éducation Associés (LéA). Il s’agit d’un dispositif de collaboration entre des acteurs et actrices de terrain (enseignant.e.s, éducateur.trice.s, proviseurs…) et des chercheurs et chercheuses (sciences de l’éducation, didactique, psychologie, sciences cognitives…) autour d’une problématique commune. 

 

Le LéA collège-lycée Plaine Commune, consacré aux liens entre médiation(s) scientifique(s) et apprentissages des élèves en histoire sociale, rassemble des enseignant.e.s d’histoire-géographie et un professeur documentaliste du collège Jean Lurçat de Saint-Denis et du lycée Le Corbusier d’Aubervilliers, ainsi que des chercheuses des INSPE de Nantes et de Créteil, du CHS de Paris I et du LARHRA de Lyon II.

 

C’est en réfléchissant aux médiations en direction des publics scolaires que les membres de l’association ont eu l’idée de lancer une recherche-action dans des établissements du territoire. En mars 2021, le projet est lauréat de la 11e édition de la Journée nationale de l’innovation du ministère de l'éducation nationale

  

Le projet de recherche se fonde sur un ensemble de constats. Le premier constat, est celui d’un prisme négatif, plus ou moins consciemment imposé par les manuels scolaires à l’étude des territoires de banlieue, des classes populaires et de leur dimension multiculturelle.

Chez les élèves de banlieue populaire, ce prisme favorise une distance très forte entre l’histoire scolaire nationale et les histoires individuelles locales, notamment migratoires, au risque de faire obstacle à leurs apprentissages en histoire.

Ces premières observations croisent un constat plus général sur les pratiques pédagogiques au sein des musées et des expositions d’histoire. On remarque une difficulté des enseignant.e.s, comme des institutions visitées, à construire des supports didactiques qui articulent les enjeux de savoir scolaires et les enjeux scientifiques des savoirs historiques exposés.

 

Le LéA veut mettre au travail trois hypothèses :

 

• Le parti-pris de la micro-histoire d’immeuble et donc d’une histoire incarnée de la banlieue parisienne peut être un moyen d’éprouver avec les élèves le lien entre histoire vécue et histoire française contemporaine et ainsi entre savoir social et savoir scolaire.

• La mise en exposition pour, mais aussi par les élèves permet de penser l’exposition comme une transposition didactique du savoir issu de la recherche historique en cours.

• La construction à terme de ressources numériques pérennes, prolongeant l’expérience muséographique, permettra d’élargir la focale en questionnant également les représentations et les apprentissages d’élèves de toute la France sur les quartiers populaires de banlieue.

 

Sur le plan didactique et pédagogique, le LéA veut renforcer la cohésion des équipes d'histoire-géographie des deux établissements concernés, par la construction collective de séances et le développement de nouvelles compétences professionnelles dans le domaine de la médiation en direction des publics scolaires.

 

Notre recherche-action veut surtout rendre les élèves acteurs de leurs apprentissages en les initiant à la construction du discours historique. Pour ce faire, elle leur fait découvrir les méthodes de la recherche en archives, de l'enquête micro-historique et de l'entretien. Elle les fait aussi réfléchir à la mise en récit des données récoltées et aux différentes modalités de médiation possibles. Les élèves sont ainsi amené.e.s à produire des capsules audios et vidéos, qui pourront être utilisées dans l’exposition de l’AMuLoP. À l'issue de ce projet, ils auront découvert le métier d'historien et participé à l'écriture de l'histoire de leur territoire à travers l'exposition des parcours de vie de certains de ses habitant.e.s.

Télécharger
presentation_lea_et_amulop_site_academiq
Document Adobe Acrobat 227.9 KB